Les enfants dans un monde numérique, avec Catherine L’Ecuyer | Episode 1

Je suis heureuse d’avoir creusé une autre thématique d’intérêt général.

En décembre dernier c’était l’épisode “Manger mieux, manger durable“, dans lequel je parlais d’alimentation, de notre deuxième cerveau (les intestins) et de notre microbiote. Aujourd’hui avec mon invitée je parle de l’omniprésence des écrans dans la vie de nos enfants et j’aborde quelques mythes.

Les enfants vont bientôt sauter à deux pieds dans le metavers, alors que beaucoup d’entre nous ne savons pas vraiment qu’est-ce que c’est.

Certains états prévoient la digitalisation des classes pour la prochaine année scolaire tandis que d’autres ont déjà commencé. Mais;

  1. Réfléchissons-nous de manière globale?
  2. Sommes-nous en train de laisser une industrie dicter ce qui doit se passer en salle de classe ?

J’ai rencontré pour vous en visioconférence Catherine L’Ecuyer, doctorante en sciences de l’éducation et psychologie, également chercheuse, conférencière et auteure de plusieurs livres portant sur l’éducation et la psychologie des enfants. Elle va répondre à certaines questions de professeures. Nous allons parler de notre capacité d’apprécier le réel et comment celle-ci est influencée-transformée par les stimulations digitales. Elle nous donnera son exemple personnel et quelques pistes pour faire mieux chez nous.

Voici le détail de l’épisode:

[02:12] Il y a-t-il une vraie plus-value à donner des ordinateurs ou des tablettes aux enfants pour les utiliser dans tous les cours ?

[05:10] Pouvons-nous aider les enfants à acquérir les connaissances pour se guider dans l’environnement numérique pour faire une utilisation responsable ?

[07:36] Ce que l’information consomme.

[07:56] Attention soutenue vs. Fascination passive.

[09:24] Éduquer aux écrans pour être plus compétitifs dans le marché du travail demain. Vraiment ?

[12:06] Le sens de la discrétion.

[13:10] L’exposition à la pornographie tue notre capacité de ressentir dans le monde réel.

[15:50] L’effet déplacement.

[17:30] Filtrer ce qui est pertinent.

[18:45] La logique des algorithmes.

[19:47] Quel droit de regard a l’enseignant.e pour appeler les parents face à un soupçon de sur-utilisation d’écran ?

[20:50] Comment apprendre aux parents à faire autre chose que de laisser les enfants devant les écrans ?

[22:35] Qu’est-ce qu’elle fait Catherine quand elle utilise le smartphhone devant ses enfants ?

[24:38] Quelle proposition pour palier à la culture de la chambre ?

[28:10] Croyance : Il ne faut pas que les jeunes se privent d’être sur les réseaux sociaux. Allez voir l’étude de Yougov.

[29:44] Ma conclusion.

Si vous avez des enfants en bas âge ou que vous enseignez au primaire, n’hésitez pas à écouter l’autre partie de cet entretien dans le prochain épisode. 

Livres que j’ai lu de Catherine L’Ecuyer et que je vous conseille vivement 🙂

Cultiver l’émerveillement et la curiosité naturelle de nos enfants. (surtout si vous êtes des parents tout frais)

Et Ces écrans qui absorbent nos enfants, plaidoyer pour un retour à la réalité.

Les risques et les responsables

Quand on parle d’exposition aux écrans, on parle forcement de santé. Pour moi il y 4 responsables qui doivent protéger la santé mental et physique des enfants; les parents, l’école (les enseignant.e.s), les entreprises et l’état. L’état doit investir pour protéger les plus jeunes et doit oser aller contre une puissante industrie.

Un petit conseil

Aux parents qui soudainement voudront arracher leurs enfants de leurs parties de jeux vidéo ou toute autre application:

Ne le faites pas sans dialoguer à l’avance avec l’enfant. Demandez l’avis d’un.e professionnel.le (en Suisse il y a plusieurs services gratuits d’aide aux parents) pour gérer ces situations si vous ne vous voyez pas capable de le faire dans l’harmonie. Une fois les enfants habitués à ces utilisations, ils sont accros et les problèmes de comportement ainsi que les réactions violentes viennent avec. En plus, si vous pensez à la question, arracher votre enfant d’une partie soudainement, sans préavis, revient à enlever l’enfant au milieu d’un match de hockey par exemple. Faisons preuve d’empathie.

Encore une réflexion

S’agissant des médias numériques, nous sommes souvent concentrés sur le « combien de temps » ? Alors que pour les autres activités de notre vie, nous allons plutôt demander « Comment ça s’est passé ? » Pourquoi cette différence ?

Voici les liens à certaines études:

{{d-research-links-list}}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Voulez-vous faire partie de mon écosystème ?

    Veuillez s'il vous plaît compléter ce formulaire: